Actualités, photos et réalisations

< Retour

Trois projets d’envergure pour notre atelier.

2015-2016

La transition 2015-2016 a été marquée par trois projets spéciaux nos ateliers. Nous avons été mandaté par la Basilique de Sainte-Anne-de-Beaupré, ainsi que par le Sanctuaire de Sainte-Thérèse-de-L’Enfant-Jésus à Beauport, pour la création de deux Portes de la Miséricorde. Ces deux portes, ainsi que plusieurs autres Portes de la Miséricorde partout dans le monde, seront ouvertes pour l’année 2016 à l’occasion du Jubilé Extraordinaire de la Miséricorde.

La Porte de la Miséricorde de la Basilique Sainte-Anne est composée de plusieurs panneaux de cuivre repoussé fixés ensemble sur une porte en chêne, par des bandes de laiton massif. Cette porte a été bénie par le Cardinal de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix, en date du 19 décembre 2015. Notons que six hommes ont été nécessaires pour l’installation de cette porte à la Basilique, car elle pèse environ 350 livres.

La Porte de la Miséricorde du Sanctuaire de Sainte-Thérèse-de-L’Enfant-Jésus est composée d’un Christ de cuivre repoussé apposé sur une porte d’érable et encadrée par des feuilles d’olivier en cuivre. La porte de bois a été fabriquée par l’Ébénisterie Simard, une entreprise de Sainte-Tite-des-Caps. Cette porte a été bénie par l'abbé Marc Pelchat, vicaire général du Diocèse de Québec, en date du 6 février 2016.

Le troisième projet était également destiné au Sanctuaire de Sainte-Thérèse-de-L’Enfant-Jésus. Il s’agit d’un reliquaire, qui a été béni en date du 3 mars 2016, par Mgr Gaétan Proulx, évêque auxiliaire du Diocèse de Québec, après avoir accueilli une relique de Sainte-Thérèse-de-L’Enfant-Jésus. Deux oeuvres originales créées par Mme Diane Gilles ornent le reliquaire. L’une représente Sainte-Thérèese entourée de roses et l’autre, une phrase de la Poésie 54 de Sainte-Thérèse. L’assise est également ornée de roses sauvages en cuivre repoussé. Le boîtier et l’assise, faits en érable, ont été fabriqués par l’Ébénisterie Simard.

Pour ces trois réalisations, beaucoup de passion et dix-huit semaines de travaux intenses.

Sept artisans pour le travail sur cuivre (Mme Bernadette Gilles, Diane Gilles, Palmyre Gilles, Marie-Lisane Tremblay, Germain Therrien, Paul Trépanier-Gauthier et Raynald Laberge) et deux ébénistes (M. Jean Simard et M. Jean-Paul Morneau) pour tout le travail du bois, ont été nécessaires pour créer ces œuvres.

Nouvelle 2

Lorem ipsum dolor